Jour 28 – 5 février 2019

J’ai mangé mon souffle
Je l’ai englouti

Six jours muette des mots, six jours à me demander si le bonheur d’écrire équivaut au stress de se l’obliger. C’est une richesse que de se forcer la main et le cœur à faire naître les phrases sur des pages blanches… ce l’est moins lorsque cet impératif creuse des sillons de culpabilité. J’étais prête à ce que mes mots jouent en moi, c’est le contrat de l’écrivain.


En 2019, je me discipline à composer aussi souvent que possible…
bon voyage au centre de mon imaginaire!

Voir le texte du jour précédent : Cliquez

Partagez! Envoyez! Imprimez!
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *