Critique Le renard au tambour

Le Renard au Tambour :
Bienvenue chez nous

par Maxime Milhorat Gusteau,
Chercheuse à la maîtrise en arts de la scène,
Université Laval


La première version du spectacle « Le Renard au Tambour » a été présentée en novembre dernier dans la chapelle de Tewkesbury, à l’occasion des vingt ans de l’Association des Citoyens et Citoyennes de Tewkesbury. Arielle De Garie, artiste multidisciplinaire et résidente du village, signe l’écriture et la mise en scène de cette œuvre théâtrale historique. Jean-Sébastien Gasnier, musicien-créateur et chercheur en musique folklorique, s’est adjoint à la création en tant que directeur musical. Pendant 1h30, ce spectacle de théâtre musical nous plonge dans l’histoire de Tewkesbury, au travers d’une histoire familiale s’étendant sur plusieurs générations, de 1853 à 1964. Le point de départ : la découverte de ses origines autochtones par une jeune femme de Tewkesbury, qui se voit léguer un tambour traditionnel, et habiter en songe par un renard magique, ayant le pouvoir de raconter l’histoire des ancêtres de ceux et celles qu’il rencontre…

Quand on pousse les portes de la chapelle de Tewkesbury, par une soirée d’automne enneigée et plutôt froide pour une mi-novembre, on y découvre un espace chaleureux, baigné par un éclairage tamisé et une odeur de bois. Au centre de cette petite bâtisse, un espace scénique bi-frontal a été aménagé, et révèle une scénographie réduite à l’essentiel : quelques tables, chaises et accessoires seulement. Un piano trône à l’extrémité de l’estrade en bois qui sert de scène, et on peut apercevoir quelques autres instruments de musique disséminés çà et là dans ce qui semble représenter l’intérieur d’une maison rurale. Au fil du récit, les comédien.ne.s, en déplaçant ces quelques éléments de décors, pourront figurer différentes configurations spatio-temporelles.

Grâce à cette bi-frontalité, dès que le spectacle commence, c’est comme si les personnages nous invitaient dans leur espace, nous dévoilant leur intimité. Si le quatrième mur est présent en tous temps, on ne saurait être plus proches d’eux.elles, comme dans un voyage dans le temps où, invisibles, nous pourrions observer la vie quotidienne de nos ancêtres. Les lumières ponctuelles, accrochées au plafond ou intégrées dans l’espace, viennent affirmer cette dimension intime : on aurait envie de se rapprocher, de s’asseoir à la table de la famille, et partager ses discussions, écouter ses histoires au plus près.

Des souvenirs, traditions et chansons transmises au fil des siècles de génération en génération.

La grande courtepointe au plafond parachève la dimension chaleureuse, familiale, de l’ensemble : conçue par la production du spectacle grâce aux prêts de couvre-lits des habitant.e.s de Tewkesbury, elle en acquiert une valeur symbolique, et s’apparente à la forme de l’œuvre elle-même, qualifiée par son autrice de « courtepointe historique », qui serait formée non de tissus, mais des souvenirs, traditions et chansons transmises au fil des siècles de génération en génération.   

Du Renard au Tambour se dégage une authenticité, une sincérité remarquable, qui, personnellement, me manque parfois dans certaines productions de plus grande envergure.

Cet aspect chaleureux qui émane de la proposition scénique est renforcé par la joie communicative des interprètes : en effet, cette distribution intergénérationnelle, (les artistes sont âgé.e.s de 3 à 65 ans) qui mêle professionnel.le.s et amateur.trice.s, est généreuse dans son interprétation et dans les émotions communiquées. On ressent un plaisir manifeste chez tous.tes de participer à la création : ainsi, du Renard au Tambour se dégage une authenticité, une sincérité remarquable, qui, personnellement, me manque parfois dans certaines productions de plus grande envergure. Les interprètes de la pièce, dont on doit également souligner les talents multiples, font, tout comme l’espace, partie prenante dans le procédé d’immersion du public.

On ne peut que souligner le travail phénoménal de recherche effectué par l’autrice.

Après avoir évoqué cet écrin chaleureux, on peut poursuivre avec le propos de l’oeuvre en elle-même. Le défi initial étant d’aller à la rencontre des ancêtres des habitant.e.s de Tewkesbury, on ne peut que souligner le travail phénoménal de recherche effectué par l’autrice. En parallèle, il est intéressant de consulter le programme, qui nous livre des informations historiques précises et éclairantes, dont un feuillet qui nous permet de faire le parallèle chronologique entre le récit de la famille dépeinte dans le spectacle et l’évolution du village.

La coprésence de plusieurs générations de personnages et d’époques distinctes au sein d’une même œuvre aurait pu perdre le spectateur.trice en chemin. Mais grâce au programme du spectacle, il est très aisé de savoir « qui est qui » et à quelle époque les différentes scènes se déroulent : en effet, à la page présentant la distribution, chaque interprète voit figurer à côté de son nom et sa biographie l’identité des personnages qu’il.elle incarne, ainsi que la génération à laquelle ils.elles appartiennent.

On est face à une fiction qui se construit à partir de l’l’Histoire, où tout est documenté, sourcé, appuyé et justifié

Pour reconstituer l’arbre généalogique de la famille, il suffit de consulter le feuillet comparatif évoqué précédemment. La projection sur le rideau qui sépare les coulisses de la scène nous aide également à nous repérer dans cette épopée en plusieurs temps : elle affiche en effet l’année à laquelle se déroule respectivement chaque scène. Ainsi, on est face à une fiction qui se construit à partir de l’l’Histoire, où tout est documenté, sourcé, appuyé et justifié, afin d’accompagner le public dans son voyage historique. 

Cette règle de la documentation s’applique également au volet musical : les références de toutes les chansons présentes dans le spectacle sont consignées elles aussi au sein du programme.

La présence de la musique rythme l’ensemble, et participe à l’édification du caractère chaleureux de l’œuvre

Exceptée une composition originale de Jean-Sébastien Gasnier (L’air de Tewkesbury, leitmotiv et fil conducteur du récit), toutes les autres sont des chansons traditionnelles et populaires qui suivent la chronologie de l’Histoire, et témoignent de la diversité culturelle des ancêtres du village. Dans Le Renard au Tambour, les chansons à répondre canadiennes-françaises se mêlent aux airs traditionnels irlandais, et permettent de découvrir ou redécouvrir les standards qui constituent la culture musicale québécoise. La présence de la musique rythme l’ensemble, et participe à l’édification du caractère chaleureux de l’œuvre : la chanson, dans la plupart des cultures, est depuis toujours l’occasion du rassemblement, du partage autour d’une activité commune.

D’ailleurs, à ce propos, il semble important de souligner l’aspect multiculturel et multilingue du spectacle : afin de rendre compte avec exactitude de la diversité des communautés ayant construit Tewkesbury, on y parle français, anglais, mais aussi Wendat et Innu. Ces deux nations occupent une place prépondérante dans le récit, avec, encore une fois, un souci de rigueur et de respect des traditions. A plusieurs reprises, des textes sont prononcés dans les deux langues, et la projection évoquée précédemment nous aide à les comprendre. Tout de la langue Wendat n’a pas survécu à la colonisation, néanmoins certains mots essentiels et symboliques subsistent encore (comme par exemple le Niowentsïo, « notre magnifique territoire »), c’est donc en s’appuyant sur cet héritage culturel que la proposition artistique se consolide. Dans Le Renard au Tambour, une place importante est donnée aux peuples autochtones, et il nous est (à juste titre) rappelé que ce sont eux qui occupaient les terres de ce qui est devenu Tewkesbury.

Dans ce spectacle où le maître mot est « transmission », on ne peut éviter le parallèle avec le combat des Premières Nations pour préserver leurs territoires et leurs traditions.

Dans ce spectacle où le maître mot est « transmission », on ne peut éviter le parallèle avec le combat des Premières Nations pour préserver leurs territoires et leurs traditions. Cette question est abordée à travers le tambour, objet légué de génération en génération, et qui revêt un caractère sacré, symbolique, qu’il ne faudra ni perdre, ni briser. Il m’apparaît que cette œuvre a été conçue dans le respect des cultures autochtones, comme peut en témoigner le travail sur la traduction du texte, effectué en collaboration avec le CDFM (Centre de Développement de la Formation et de la Main-d’œuvre Huron-Wendat). Avec honnêteté, l’autrice précise également que la légende du renard évoquée dans la création est une invention, et non une légende traditionnelle autochtone qu’elle se serait appropriée.

Que retenir finalement de cette fructueuse production ? Je terminerai cet article en me permettant de parler un peu de moi : Française installée au Québec depuis presque quatre ans, je ne sais pourtant pas grand-chose de ceux et celles que les québecois.e.s appellent «nos ancêtres », et encore moins de ceux et celles des habitant.e.s de Tewkesbury. Mais cela ne m’a pas empêchée de me sentir touchée, impliquée, accueillie. Certes, parce que j’ai reconnu des références à certaines chansons de mon coin de pays (comme par exemple J’ai vu le loup, le renard, le lièvre, probablement cousine du J’ai vu le loup, le renard et la belette breton), mais surtout grâce à cette chaleur invitante se dégageant de l’œuvre. Je me suis sentie accueillie à bras ouverts par les habitant.e.s de Tewkesbury, d’hier et d’aujourd’hui.

« Bienvenue chez nous » semblent nous dire les personnages de tous siècles confondus.

« Bienvenue chez nous » semblent nous dire les personnages de tous siècles confondus, et je les ai pris au mot. Je retournerai volontiers à Tewkesbury après la fonte des neiges, avec l’impression de connaître un peu mieux ceux et celles que je croiserai en chemin.



par Maxime Milhorat Gusteau
Chercheuse à la maîtrise en arts de la scène
Université Laval

Crédit : Jeanne Murdock

Partagez! Envoyez! Imprimez!
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Print this page
Print

2 réactions sur “ Critique Le renard au tambour ”

  1. Danielle DeGarie Réponse

    Wow! Quelle belle critique, et si bien construite! Merci Maxime!

Répondre à Emmanuel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *