Jour 14 – 15 janvier 2019

Exercice d’écriture proposé dans le séminaire de 2e et 3e cycle, dispensé par Alain Beaulieu, « Le temps et l’espace en fiction narrative ». Il s’agissait, en 15 minutes, d’écrire une « nouvelle-instant », un récit qui se déroule à l’instar d’une action immédiate. Il nous a donc imposé que le récit débute par « Il (ou elle) tendit la main vers l’interrupteur » et se termine par « la lumière s’éteignit ».

Bien entendu, ce n’est qu’un premier jet, effectué en très peu de temps… ce texte bénéficierait d’une réécriture, mais pour l’heure, le voici à son état brut. Alain m’a dit que c’était excellent, et que l’exercice était très bien réussi! À vous, maintenant, d’en juger :

Marc tendit la main vers l’interrupteur de la lampe déposée sur sa table de chevet. La lune, dont les rayons de lumière parvenaient à percer la fenêtre, devint le seul témoin de cet instant. Il avait honte. Il ne pouvait assumer que le plein feu de la lumière de la lampe lui renvoie l’image du corps dénudé de Nadia allongée dans son lit. Il l’avait pourtant désirée cette femme… dès ses quinze ans, il rêvait de la conduire à ses plaisirs, lorsqu’il l’avait vue ramasser ses livres éparpillés sur le sol de la cafétéria de son école secondaire. Il avait, à travers les années, réussi à devenir son meilleur ami, à être celui qu’elle appelait pour pleurer quand un homme la larguait, à être celui avec qui elle pouvait rire jusqu’aux petites heures du matin, sous les rayons de lune, les mêmes rayons qui transperçaient la fenêtre ce soir. Nadia avait pris mari à la fin de l’Université, elle avait eu 3 enfants, mais cet homme l’aimait mal, ne pouvant lui offrir ce dont elle avait besoin. Marc était là, à chaque colère, à chaque déchirure pour la consoler, lui dire qu’il existerait pour elle à jamais. Elle venait de divorcer une année auparavant, son plus vieux avait 8 ans. Depuis, elle avait enfilé les hommes comme on enfile des perles sur un collier d’enfant. Marc fut l’un d’eux, ça allait de soi… il avait toujours été là. Marc ne voulait pas voir la vérité sous la clarté d’une lampe. Son fantasme était couché à ses côtés, ne sachant plus s’il pourrait de nouveau la regarder comme sa complice. Et si c’était l’amour qu’il venait de rencontrer, le vrai, celui qu’il avait attendu toutes ces années? Mais Marc ressentait cette honte, une honte plus grande que l’espoir. Il savait qu’il avait succombé à ses faiblesses, qu’il venait de briser quelque chose de leur amitié, il avait tout gâché. Marc déposa sa main sur l’interrupteur plutôt que de glisser ses doigts sur la nuque de Nadia. Dans son cœur, comme dans la chambre, la lumière s’éteignit.


En 2019, je me discipline à composer aussi souvent que possible…
bon voyage au centre de mon imaginaire!

Voir le texte du jour précédent : Cliquez

Partagez! Envoyez! Imprimez!
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *