Jour 46 – 25 mars 2019

Si j’étais mourante, viendriez-vous à mon chevet? Changeriez-vous, pour une fois, vos horaires pour un café? Et si je mourais, est-ce que vous liriez mes maux? Verriez-vous en mes textes une profondeur insoupçonnée? Gagneraient-ils en valeur? La mort berce-t-elle mieux nos œuvres que la vie? La mort nous rappelle souvent trop tard l’amour qui nous unit.


En 2019, je me discipline à composer aussi souvent que possible…
bon voyage au centre de mon imaginaire!

Voir le texte du jour précédent : Cliquez

Partagez! Envoyez! Imprimez!
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *