Jour 5 – 5 janvier 2019

Je n’aime pas les murs de protection, les clôtures, les délimitations de territoires. J’espère des havres d’amour et d’accueil, des endroits où nos enfants vont où bon leur semble, explorent, découvrent et rencontrent. Je veux une terre où on ne se protège pas de son voisin, mais où on l’invite plutôt à entrer prendre un café.

Et si vous trouvez vos voisins dérangeants, parce qu’ils chantent à tue-tête à 6h du matin, parce que l’un d’eux n’a pas su être un bon amant, parce qu’un de leurs chiens vient déféquer sur votre gazon, parce qu’une autre est la mère de vos enfants et qu’elle a préféré vivre sans vous… n’érigez pas de clôtures, ne creusez pas de tranchées pour les empêcher de venir vous saluer, apprenez à les apprivoiser, à les aimer, à leur parler sans esprit de combat, mais dans une langue de connivence… ils deviendront et retrouveront le chemin d’être vos meilleurs amis!

Si l’humain à une force, c’est bien celle d’aimer! Rien de mieux que de rire avec les gens dont la personnalité nous est la plus rébarbative. Et c’est par cet amour que le respect trouve sa place, que les murs, les coquilles de protections sur nos cœurs et les barricades s’évanouissent, sans pertinence.

Je ne dis pas que le chemin de l’amour est simple… non.
Mais je sais que c’est la seule véritable solution pour l’humanité!


En 2019, je me discipline à composer aussi souvent que possible…
bon voyage au centre de mon imaginaire!

Voir le poème du jour précédent : Cliquez

Partagez! Envoyez! Imprimez!
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *